Changement de plan

Classé dans : Blog || PCT, homepage | 1

09/06
Ce matin ça pique un peu… il a fait vraiment très froid cette nuit et je n’ai pas très bien dormi.

Aujourd’hui c’est 7 miles pour sortir un peu du froid et des chaussettes mouillées et donc rejoindre la ville de Bishop. On est tous un peu fatigués mais très motivés pour en finir ne serait-ce qu’un ou deux jour avec le trail. Pour cela on doit prendre un autre trail : Bishop Pass. Et qui dit « pass » dit le plus souvent col et grosse montée.

On décolle tôt histoire d’avoir une neige bien solide et des tentes bien givrées c’est plus rigolo 😉


Comme d’habitude on galère à trouver notre direction, pas parce qu’on ne sait pas où c’est (on a des gps après tout) mais parce qu’il n’y a pas vraiment de chemin. Là où on devrait passer se trouve le plus souvent un ruisseau, une rivière, un fossé, des arbres couchés, des tas de neige de 2m bref on doit prendre des détours…
Arrivée au pied du col on voit bien que ça va être comme Forester Pass hier : montée face pente dans la neige gelée. Alors comme hier je prends mon temps, j’en bave mais normalement 😉 ça se passe dans la neige (on a l’habitude) sauf 2/3 switchbacks sur le haut du col (c’est bien agréable de revoir le trail même si c’est seulement pour quelques minutes).

 Une fois le pass passé c’est sensé redescendre jusqu’au bout sauf que vu la configuration : pas de switchbacks, neige gelée.. on doit passer par le haut et longer la crête. Du coup ça prend pas mal de temps le but du jeu étant de prendre son temps et assurer chaque pas histoire de pas glisser et s’écraser contre les rochers en bas 😉

Ça me paraît super long mais c’est parce qu’on se rapproche de la ville, c’est toujours le cas. En plus hier je me suis un peu tordue la cheville dans un trou de neige alors la neige gelée bosselée en transversale d’une pente à la longue ça fatigue un peu… moi qui pensais qu’à chaque pente on pourrait s’éclater à descendre en luge…

On pourrait croire qu’une fois en haut ça serait super facile parce que après tout ça descend hein… et en plus très vite on aperçoit touuuut en bas le fameux parking sésame pour rejoindre la civilisation. Bon sauf que c’est juste interminable.. des switchbacks introuvables pour cause de trail recouvert de neige, du coup on s’arrête toutes les 5 minutes pour vérifier notre direction. Et au bout d’un moment on en a marre de vérifier… sauf que en 10 minutes on arrive à se retrouver je sais pas comment de l’autre côté (du mauvais côté) d’une énorme rivière avec le vide et au choix un énorme ravin avec une chute d’eau ou remonter le mur à pic d’un demi miles qu’on vient de descendre… Emily est devant et dit « quelqu’un veut passer devant ? » Je me propose, voit la situation et dit « nope nope pas moyen » du coup bah on rebrousse chemin.. grrr oui parce que devant nous c’était juste un bout de passage au bord du vide sur de la neige super molle et glissante qui menait à la dite cascade au fond du ravin… pas hyper vendeur donc ^^.

Nous voilà donc Emily, Anne lise, les pauvres hikers qui ont eu la bêtise de croire que je pouvais être digne de confiance en ce qui concerne l’orientation (j’entends mes proches rigoler d’ici car je suis célèbre pour être une catastrophe en la matière ^^). Au final c’est plus la contrariété de devoir rebrousser chemin qui le fait râler que l’effort en lui même car au final c’est pas bien terrible et très vite corrigé ! En un temps record on se retrouve sur le trail.. c’était pas si compliqué ! 😀 et je suis presque pas trop tomber pendant toute cette aventure 😉

Et là comme un dernier bras d’honneur pour la journée (et sans doute plus) le trail se venge et nous fait tourner en rond, dévier de notre route et je le jure choisira le plus long trajet pour rejoindre le fameux parking… j’ai bien envie d’être hyper malpolie pour tout vous dire (je l’ai peut-être été un peu…) !

Une heure plus tard… la délivrance et l’arrivée dans la parking ! Là on est attendu par les garçons (qui ne se sont pas vautrés de direction) qui nous accueillent avec du vin trouvé dans une bear canister/trail magic… de suite le moral reminte en flèche !!!

On s’installe bien confortablement car avant nous c’est genre quasi 10 hikers qui cherchent à rejoindre une ville (Bishop comme nous, Independance ou une autre troisième dont j’ai oublié le nom) et c’est pas le coin le plus fréquenté ^^ j’en profite pour faire sécher ma tente et mes chaussures et aussi discuter avec un gars qui part faire une randonnée à ski. Il est bien sympa, me demande quels sont les conditions d’ici quelques miles et m’informe de celles après Kursage pass (section suivante) et c’est pas très joli ^^. En partant il m’offre une bière fraîche sortie de sa glacière dans son coffre. Décidément cette journée s’améliore de minute en minute 😉

Au final on attendra environ deux heures qui passeront assez vite en discutant avec les autres randonneurs, buvant du vin, finissant le fond de nourriture qu’il nous reste dans nos réserves. Pour ma part je partirais avec un jeune couple de randonneurs qui me déposera à une station service à Independance et ensuite on se fera emmener avec les filles à Bishop. Pas de chance une fois là bas l’auberge de jeunesse est complète… on se rabat sur un hôtel et finalement un très bon plan grâce aux négociations de Anne Lise qui nous obtient une sorte d’appart à partager à 7 qui reviendra à 15€ la nuit, l’avantage du groupe c’est qu’on réduit grandement les frais d’hôtel en partageant ^^

On passera la soirée à parler de tout sauf du trail et à regarder un marathon Harry Potter à la TV en mangeant des pizzas… bref le bonheur 😉

Les jours suivants seront décisifs pour la suite de notre aventure car nous devons discuter de ce que nous ferons (continuer la Sierra, partir au nord, partir très au nord…). Ca promet pas mal de discussions ^^

[788.5]

10-14/06

Interlude

Alors voilà… on en a parlé… beaucoup parlé.. on a comparé les graphiques de météo, de chute de neige, les écrits des uns et des autres ayant faits les sections suivantes. Même si en vérité notre décision, sans même en parler, a été prise lors de notre dernière traversée de rivière, celle où on s’est fait vraiment peur. On va skipper la Sierra. Oui voilà. Je suis extrêmement déçue de cela mais je sais que je n’aurais pas été capable de traverser les futures rivières réputées plus profondes et difficile que celle qu’on a eu à traverser jusque là. L’une d’elle, je crois la deuxième de la dernière journée mesurait plus d’1,2m de profondeur (mesure effectuée à 0.5 miles en amont avec un bâton de randonnée), on est loin du niveau des cuisses de la toute première qui m’avait déjà interpellée.

Oui parce que soyons clair, randonner dans la neige toute la journée, quand c’est gelé et qu’il fait froid ou quand ça enfonce parce qu’il fait chaud, devoir chercher notre direction et se perdre souvent, glisser et tomber… tout ça c’est certes pas facile mais ça ne me dérange pas outre mesure enfin si je chouine parce que c’est fatigant mais ça c’est pendant la journée quand j’en ai un peu marre mais en réalité je me régale vraiment dans la Sierra. Les paysages sont inégalables, chaque miles est à couper le souffle et je ne m’en lasse pas.

Mais les traversées de rivières pour moi c’est un « no-go ». C’est trop dangereux.

Beaucoup m’ont gentiment donné plein de conseils pour les traversées (je les remercie) : utiliser une corde, former une chaîne en groupe… et vraiment j’y ai pensé mais encore une fois quand tu es devant un torrent en furie et que tu as de l’eau jusqu’à la poitrine (oui parce que suis pas bien grande donc ça veut dire avoir son sac trempé) et qu’il n’y pas de tronc d’arbre ou autre pour traverser et que tu dois te mettre à l’eau c’est pas la même. En plus il n’y a pas vraiment d’accès facile à l’eau : il y a plus d’un mètre de neige sur les bords et l’eau à créer des corniches fines d’une cinquantaine de cm, mettre le pied dessus c’est quasi la chute assurée dans l’eau (une fois on a cherché sur un miles en amont et aval un accès sans succès, c’est la fois où on a utilisé un pont de neige)… pas vraiment l’idéal pour prendre son temps pour former une chaîne humaine. La rivière en crue c’est aussi plein de débris dangereux (rochers ou morceaux de bois ou autres) qui peuvent te heurter, on en a vu beaucoup emportés en quelques minutes. Bref je suis bien contente d’avoir eu qu’une rivière au niveau des cuisses à traverser et d’avoir eu des ponts de neige pour sauter par dessus les autres bien plus profondes.

Certains tentent et sans doute réussissent la traversée de la Sierra (souvent en prenant des trails alternatifs). Encore une fois c’est très bien pour eux, moi pour ma part je ne suis pas là pour risquer ma vie dans une rivière. Et je ne veux pas être la 57 ème randonneuse celle qui boira la tasse et que ces copains auront à sortir de l’eau dans le meilleur des scénario…

On a essayé, on a vraiment essayé.. pendant 8 jours et si ce n’était pas pour ces saletés de rivières…
Du coup voilà le plan : louer une voiture (comme on partage les frais c’est bien moins cher) et rouler au nord pour reprendre le trail à partir de Belden. L’idée sera de revenir dans la Sierra plus tard soit à la fin soit avant mais ça on verra plus tard.

Ca fait très drôle de se dire qu’on ne suivra plus le trail, qu’on aura plus notre progression et le passage des traditionnels miles marker.. le prochain important aurait dû être le 1000 miles et aussi le mid point (milieu)… que je ne reverrai pas la Sierra aussi belle sous la neige (bon elle sera toujours belle mais avec moins de neige). Je suis très triste à vrai dire et déçue de ne pas pouvoir faire le trail du début à la fin… dans l’ordre mais je me sens aussi très bien avec ma décision. C’est pour moi la chose à faire.

On doit s’attendre à rencontrer de la neige sur le trail mais rien d’aussi important qu’à 500 miles de là et encore une fois la neige c’est pas bien grave !

En attendant on passera quelques jours à Bishop (l’agence de location de voiture ouvrira lundi) et c’est parti pour un petit voyages à l’américaine bien sympathique ! J’en avait toujours rêvé et je l’ai eu mon road trip ! On s’est éclaté. On s’est arrêté à Lake Tahoe (splendide) ou on a campé une nuit et récupéré des colis envoyé là bas et aussi envoyé nos bear canister (plus obligatoires) en stockage histoire de pas les porter alors que c’était pas nécessaire 😉


A Bishop j’en ai profité pour changer de chaussures, les anciennes étaient malheureusement en fin de vie. Même marque juste des chaussures basses qui secheront plus vite 😉 J’ai aussi réparé pour la énième fois mes bâtons, un etait bien tordu après une chute. Il ne sera pas dit que je ne les amenerai pas jusqu’au max mes bâtons à 15€ acheté à Auchan ^^ j’ai aussi mis mon piolet en dépôt vente. Bref j’ai été bien productive 🙂

Ensuite destination nord ou on a trouvé notre petit oasis : Belden town resort. Une espèce de micro ville au milieu de nulle part avec des cabines à louer au bord de la rivière, un bar restaurant et un petit magasin. C’est un de ces endroits improbables que vous rencontrez souvent par hasard en voyages où vous aimeriez retourner un jour pour y emmener vos amis. C’est peut être un peu vieillot et fait de bric et de broc mais l’ensemble vous fera vous sentir comme si le temps c’était arrêté. On a joué au billard et au ping pong, j’ai pêché et oui j’ai attrapé un poisson avec la ligne que je trimballe depuis Campo et un bout de bâtons de bois ramassé au bord de la rivière en même temps que les vers qui m’ont servis d’appât. On s’est allongés au bord de l’eau et on a rien fait. Bref de super vacances !!


J’ai vraiment l’impression d’avoir trouvé mon équilibre entre marche et loisir.

Demain on reprend la marche et ça tombe bien car on a tous très envie d’y retourner. Aussi bizarre que ça paraisse le trail me manque et j’ai hâte de découvrir cette nouvelle section dont je ne sais pas grand chose 🙂

15/06

Not all who wander are lost



Cette fois ça y’est c’est retour sur le trail ! Je suis à la fois anxieuse de reprendre après ces quelques jours d’arrêt (ça va piquer) mais surtout j’ai très hâte de découvrir cette nouvelle section et retrouver mes petites habitudes sur le trail.

On part à 8h30 (oui alors pour ceux qui n’auraient pas encore pigé on est pas du matin dans le groupe ^^) et on sait que ça va pas être une reprise en douceur car ça attaque direct par 13 miles de montée avec pas moins de 5000 pieds à franchir. En même temps on est au fond d’un canyon il faut bien en sortir ! Bien évidemment ça fait mal et ça transpire beaucoup faut bien éliminer les excès de ces derniers jours ^^

On traverse pas mal de petits ruisseaux (genre toute les demi heures) je ne prends même pas la peine d’essayer de garde les pieds au sec, il va y avoir d’autres rivière à venir et aussi probablement de la neige plus haut, je traverse direct… c’est même pas si désagréable comme il fait chaud.

Le cadre aujourd’hui c’est une forêt qui a brûlée il y a quelques années alors il y a pas mal de débris et de troncs couchés mais c’est aussi très vert avec de jeunes arbres et beaucoup de végétation c’est en fait très joli. Et aussi on marche sur un trail !!! Mais que c’est agréable de suivre une route, de ne pas avoir à regarder son gps toutes les 3 minutes ou chercher des traces à suivre.
J’entends au loin une rivière plus grosse que les précédentes… je sais les reconnaître à distance maintenant ^^ elle est connu comme étant parfois compliquée à traverser… on s’attend à tout ! Bon au final ça va être réglé en moins de 2 minutes : pas profonde (jusqu’aux genoux) et pas de courant violent (disons que si je perdais l’équilibre ou glissais je tomberais mais resterai sur place pas perdu à jamais emportée par des flots déchainés ^^), on traverse à pied. La deuxième arrive très vite après mais il y a un énorme tronc et même si c’est pas mon truc préféré ça se fait sans difficulté. Ici il y a plus d’eau mais pas trop de courant. Pour l’instant on est à des années lumières de ce qu’on a pu voir dans la Sierra ! Tant mieux vous le direz ça aurait été bête de faire tout ça pour se remettre dans la même situation !


Bon ensuite ça monte toujours… 13 miles quoi ça dure son temps… des fois avec des petits switchbacks histoire de réduire la peine… il y a pas mal de panneaux qui indique où on se trouve on passe donc par Rattlesnake creek et on enchaîne avec Poison camp… ambiance ^^
Au bout de 10 miles on commence à voir apparaître la neige, sur les sommets mais aussi par petits tas au bord du sentier. Entre la forêt, la neige et le ciel bleus avec quelques nuages, ça fait son petit effet, je trouve ce paysage très serein.
Arrive une espèce de petite clairière quasi marécageuse et aussi de plus en plus de tas de neige. Bon le trail disparaît.. ça ura duré 10 miles au moins ! Je perds les traces des autres devant moi alors j’essaye de me maintenir à peu près sur le trail grâce au gps de mon téléphone… bref je navigue aux instruments.

Ça monte toujours et j’ai du mal à suivre une direction car il y a plein d’arbres en travers que je dois contourner ou escalader. Toujours aucune trace des autres lais c’est pas bien grave ils sont devant, j’ai juste à suivre ma route je finirai par retrouver soit le trail soit des traces. Ça sera le trail en premier pendant 1/2 miles et ensuite des traces dans les tas de neige qui commencent à réapparaître. Je continue mon petit bonhomme de chemin 😀
Bon sauf que très vite c’est de nouveau 100% de neige plus de trail et je reperd les traces des autres… pendant 10/15 minutes j’essaye de suivre un semblant de trail avec le gps mais j’en ai vite marre de garder le téléphone à la main (ça glisse, il est 15h et la neige est molle, j’ai dû mettre mes micro spikes) et mes bâtons dans l’autre… tant pis je trace tout droit dans la pente direction le point le plus haut du trail. Je pense être super en retard par rapport aux autres je ne veux pas les faire attendre. Alors je grimpe tranquillement en vérifiant quand même que j’ai le bon cap de temps en temps. C’est super calme, pas une trace à par la mienne c’est un super sentiment ! Je fais quand même attention à bien écouter les potentielles rivières qui pourraient créer des petits tunnels et donc de micro crevasses dans lesquelles je pourraient risquer de tomber. Ça serait pas très hait mais comme je suis toute seule ça serait pas hyper facile d’en sortir 😉 pas un bruit je monte toujours.. pas de trace.. ma foi je décide de continuer au moins jusqu’au point le plus haut où les autres doivent attendre (quand il y a de la neige on s’attend plus et normalement on marche au moins par deux -quand je me paume pas en route avant ^^-).
Arrivée en haut personne et pas de trace.. euh… j’ai peut-être mal interprété mon retard :/ j’arrive au point ou le trail redescend et c’est un belle pente ou ça glisse (toujours recouvert de neige). Ok la je suis formelle les autres sont derrière car il m’aurait attendu pour descendre… et ça se vérifiera très vite ! Moins de dix minutes et plus tard tout le groupe arrive. En fait j’étais pas si en retard que ça et eux on fait face pente mais un peu moins je les ai donc dépassé à un moment..
On reprend ! On descend donc avec habituelles glissades mais la neige est vraiment molle donc ça enfonce un peu juste de quoi nous freiner ! On réalise très vite que trouver un camp au sec ne va pas être aisé mais on se l’ai promis : ce soir on dort au sec !
On avait en fait prévu d’essayer un camp à 5 miles de là mais c’était un peu ambitieux vu la quantification e neige… et de toute façon c’est à peu près la même altitude donc sans doute recouvert de neige. Du coup on s’arrête un peu hors trail (enfin à une 50 aine de mètres de où est censé se trouver le trail) dans un coin avec plein d’arbres mort et une fine étendue d’eau. On nettoie les cailloux et branches et on se fait un petit espace pour caser tout le monde. On se sert et ça passe nickel 🙂 il est beau notre camp ! C’est nous qui l’avons fait !

En montant les tentes on se fait littéralement envahir de mini mouches… qui piquent ! Quand c’est pas les moustiques >< qu’on arrivera à tenir à distance en faisant un feu et en brûlant de l’encens.
Au final une bonne journée et un retour sur le trail bien agréable, même si ça montait. On se sent plus à l’aise sans la crainte des rivières à traverser, il y a certes encore beaucoup de neige mais ça n’ai pas un problème.
Tient un gros bruit… un arbre vient de tomber pas loin de nous… euh… bon alors nouveau danger duquel se méfier… les arbres ! Décidément 😀

[miles 1299.9]

[miles parcourus 803.5]

16/06



Le camp se réveille doucement et j’ai passé une de mes meilleures nuit sur le trail, pas froid, je ne me suis pas réveillée toutes les heures bref le bonheur. Je quitte ce petit paradis (certes envahit de mouches piquantes et d’arbres qui tombent mais ce sont des détails) à regret.
La matinée sera sur la neige pour la plupart du temps avec quelques apparitions du trail en guest star. La tendance générale est à la descente douce donc ça se fait plutôt bien même si à 8h du matin la neige est déjà bien molle et glissante (chaleur ambiante oblige).


J’arriverai encore aujourd’hui à perdre le groupe, du coup je suivrait ce que je pense être leurs traces.. mais au bout d’un moment j’ai un doute et après vérification pas de chance il s’agit sans doute de traces de randonneurs mais pas les miens et ces derniers ne font pas le PCT… oups… me voilà bien en dehors du tracé ^^ mais j’arriverai à « couper à travers champ (neige) » et je retrouverai le trail et tomberai nez à nez avec Urs et Spider ^^
On déjeune à l’ombre car le soleil tape vraiment avec une vue géniale sur un pré fleuri et les montagnes en fond. Depuis un miles ou deux je vois le paysage changer, de moins en moins de neige sur le trail mais aussi aux alentours et sur les montagnes environnantes, de plus en plus d’herbe et de végétation. Il y aussi d’énormes roches volcaniques plantées au bord du chemin.
Bon après ça n’a pas été la meilleure partie de ma journée : 3/4 miles de courses d’obstacles… tous les 10-15m le trail (yeah on a retrouvé le trail !!!) est bloque soit par un tas de neige molle qui enfonce ou glissante, un énorme rocher tombé là, des troncs d’arbre géants qu’on doit enjamber (escalader pour ma part), des branches par centaines. Rien de grave mais la répétition et le rythme cassé est épuisant à la longue…
Et puis tout d’un coup au détour d’un switchbacks le paysage change totalement : plus du tout de neige, des fleurs partout… nous voilà projeté au printemps !!!! C’est assez saisissant après ces deux dernières semaines dans la neige ! Bon je sais que ça ne durera pas on va remonter en altitude très vite il y a même des chance qu’on en rencontre ce soir au camp…
On fini par atteindre notre objectif du jour : Little Cub spring Meadows un endroit avec de l’eau et possibilité de camper. Bon sauf qu’il n’est que 16h et même s’il serait tentant de rester on décide de pousser 2 miles plus loin à Carter Creek où il y a également de l’eau pas loin et quelques possibilités de camper. J’en ai un peu plein les pattes mais bon deux miles c’est pas grand chose et ça sera toujours ça de moins à faire demain 😉
Arrivés là bas, enfin un peu avant on rencontre deux randonneurs, des frères qui randonnent aujourd’hui et demain (day hikers) et qui ont déjà installé leurs tentes. Ils sont très sympa (ils nous offrirons une bière ^^) et seront très compréhensifs en nous voyant débarquer à 7 😀 on devra d’ailleurs se serrer un peu car le véritable camp situé quelque mètres plus bas est recouvert de neige on préféra donc moins d’espace mais un camp au sec 🙂
[pct mile 1315.5]

[miles parcourus 819.1]

17/06

Comme une promenade dominicale
Ce matin ça va monter un peu pendant 2/3 miles et ensuite ça ne sera que descente… voilà le programme mes amis.
Commençons donc par la montée, on débutera sur le trail qui est bien visible ce qui est assez rare pour être signalé ! Bon ok ça ne durera pas plus de cinq minutes car ensuite c’est une alternance avec de la neige… plutôt neige que trail d’ailleurs du coup en moins de dix minutes on a perdu ce dernier. On essayera de lutter un peu avec le gps, suivre le tracé mais bon assez vite on en a marre et encore une fois on trace droit dans la pente. Ce qui notez bien ne fait pas gagner de temps vu la raideur du truc je suis à moitié à quatre pattes pour monter ça… mais beaucoup moins prise de tête que d’essayer de suivre des switchbacks invisibles.
Une fois en haut la neige va diminuer de plus en plus pour finalement quasi disparaître à part quelques tas par ci par là à parcourir histoire de pas perdre la main. Surtout que maintenant ça descend et ça va être le cas pour les 12 prochains miles.
On est en fait dans une forêt, avec toujours beaucoup de troncs morts mais le trail lui en est vierge (presque) et semble avoir été entretenu il y a peu de temps. Ce sont de très grands arbres similaires à des sapins recouverts de mousse verte fluo.
Après 1,6 miles c’est arrêt obligatoire au « half way point », c’est le marqueur officiel de la moitié du PCT (xxxx miles). C’est en général une grosse célébration et juste le bonheur (à raison) quand tu le passes. Bon sauf que pour nous c’est entre le non événement et l’amertume.. oui parce que ce n’est pas notre half way point puisqu’on a sauté la Sierra… et comme je suis toujours très déçue d’avoir dû faire ça et bien c’est un peu un rappel déprimant. Du coup on se promet de se fabriquer notre propre half way point quand on le passera !


Fin de la pause je reprends pour 5 miles avec objectif le prochain point d’eau… et oui ce n’est plus la Sierra c’est fini l’eau à volonté partout et tout le temps. Une fois là bas Josh nous explique qu’il a vu un ours ! Et il l’a filmé ! Il s’agit en fait d’un gros bébé qui montait à un arbre.. super impressionnant !
Une fois en bas le trail devient plat et je traverse une sorte de parc.. ça dure plusieurs miles et on croirait une promenade dominicale ! A part qu’il fait très chaud tout est vraiment calme et serein… un peu un autre monde. Arrivés au croisement avec une route les garçon partent en stop pour la ville de Chester où ils ont des achats à faire, nous les filles continuons jusqu’au camp repéré plus tôt sur la carte : Stover Spring avec une source d’eau donc. C’est très spacieux ! Au milieux des arbres et avec de l’herbe partout… pas mal du tout ! Je profite du petit ruisseau pour faire un brin de toilette, c’est frais mais ça fait du bien !
Une heure plus tard les garçons reviennent et pas les mains vide : du vin, de la bière, des fraises, des mûres et des framboises. La grande classe !!! Bon repas en perspective 😉
Un peu plus tard on sera rejoint par 5 autres hikers que forcément on ne connaît pas… tout à été melangé depuis la Sierra.. ceux qui ont continué, par le trail ou de chemins alternatifs, ceux qui ont pris des vacances, ceux qui sont comme nous partis au nord. Ma foi ça fait plein de nouveau prénom à apprendre ^^ on a un couple de français Agathe et Vianney, 2 américains (oublié leur nom) et une hollandaise (pas compris son nom). On passe une bonne soirée au bord du feu tous ensemble 🙂
[miles pct 1332.3]

[miles parcourus 835.9]

18/06

Lunch at the ranch



Ce matin départ avant 7h, oui bon disons que j’ai mis un pied sur le trail à 6h56.. ça compte quand même ! 😉

Et un peu comme hier comme une impression de marcher dans le jardin de quelqu’un ! Juste à suivre un beau trail bien entretenu au milieu de la forêt. Ça monte un peu mais la configuration fait que je le sens à peine, en plus aujourd’hui c’est une petite journée de 15 miles avec objectif d’atteindre le ranch de Drakesbad où on a prévu de passer le reste de la journée. Il y a là bas un restaurant, des douches et la possibilité de faire sa lessive… on y a aussi envoyé nos colis de ravitaillement pour les 5 prochains jours.

Les miles déroulent assez facilement, sans neige et sans avoir à chercher son chemin toutes les 3 minutes c’est quand même plus simple 🙂

Au bout de 10 miles ça monte quand même assez sévèrement mais c’est à l’ombre et assez souvent il y a de petits faix plats et des descentes donc ça casse la dureté et la monotonie de l’exercice. Seul gros problème aujourd’hui la faune sauvage… j’ai enfin été confronté au plus dangereux, au plus combatifs, en nombre ici : le moustique… Ils sont partout et t’attaque dès que tu ralentis ou à le malheur de t’arrêter. Je suis couverte de piqure, mon corps n’est qu’un énorme grattoir… chaque pause pipi devient une lutte à mort… bref au bout d´une heure je craques et m’enduis de produits anti bébête. Non mais !
À l’endroit où le trail croise une route forestière c’est la surprise : une armoire en bois accrochée à un arbre et dedans c’est trail magic ! 😉 des sucettes, des gâteaux, des échantillons de shampoing et savon, des brosses à dents bref le bonheur ! Merci au Thomson (le nom du couple de trail angel -c’est marqué sur la porte avec une jolie photo-) !
Dès qu’il y a un passage où on sort du bois la chaleur est vraiment saisissante (il y aurait en ce moment une vague de chaleur en Californie alors je ne sais pas si c’est normal ici ou pas… on verra dans quelques jours ^^). Je transpire comme jamais, même au plus chaud dans le désert, probablement à cause de l’humidité plus forte ici (d’où aussi les moustiques…).


Arrivée près du ranch je prends une mauvaise bifurcation (quelques mètres trop tôt). Je marche un peu mais un doute m’assaille, je vérifie sur le gps et effectivement je me dirige dans le sens opposé… ok retour en arrière ><. J’ai marché vraiment vite ce matin (pour mes standards) et je veux arriver avant 13h (je ne sais pas trop pourquoi des fois on se fixe des objectifs sans trop de raison… bon ok ça permet aussi de déjeuner au ranch… pas mal !). Donc j’accélère encore, je dégouline de sueur, je peste d’avoir pris la mauvaise jonction (un jour ordinaire sur le trail) et enfin j’arrive au ranch.

Il s’agit en fait d’une sorte de camp pour vacanciers assez aisés qui peuvent profiter de cabanes assez luxueuses, de sources d’eau chaude, de randonnées à cheval, etc. C’est aussi un lieu qu’on appelle « hiker friendly » (on l’aura compris les randonneurs sont les bienvenus) ici il permettent au pctistes de manger les restes du buffet à un prix assez avantageux, prendre une douche gratuitement et pour la lessive la machine était en panne mais le manager très sympa a réussi à nous caser parmi les lessives de serviettes… sympa.
J’arrive donc et je vois Emily, Eike, Josh et Anne Lise attablés (ils sont arrivés 10 minutes avant moi) en train de discuter avec une femme que je pense être la serveuse. Chouette j’arrive pile pour commander ! Je m’assois et la femme me parle mais très vite, normalement je comprends plutôt couramment l’anglais mais là je viens de me frapper 15 miles en marche rapide, je dégouline de sueur alors tout ce que je comprends c’est Scout et hôtesses… elle a l’air d’attendre une réaction de ma part… mon cerveau est en break alors bon là dans ces cas là je sors le plan d’urgence et ma phrase passe partout apprise en sixième « nice meet you » bon elle me regarde bizarrement… ok c’était pas la bonne phrase… je tenterai bien un « Brian is in the kitchen » mais je sens que ça ne va pas faire avancer le truc… donc je dis le premier truc qui me vient après « I missed the junction » (j’ai manqué l’intersection) parce que je suis toujours énervée à propos de ça… bon à ce stade les autres sont morts de rire mais essayent de le masquer et Anne Lise prends pitié de moi et m’explique ce que la dame veut. En fait elle a rencontré Scout il y a quelques semaines (pour rappel Scout c’est le mari de Frodo et donc le couple qui m’avait hébergé moi et une grosse partie des pctiste au tout début) et elle trouve ça trop chouette le PCT et elle voudrait faire trail angel et elle veut absolument une photo de nous pour l’envoyer à Scout (qui doit s’en ficher complètement dans la mesure ou des comme nous il en a vu des centaines mais passons je vais pas lui casser son délire). Nous voilà donc à poser pour la dame, un peu dégueu et plein de sueur mais qu’importe… elle est toute contente alors c’est chouette 🙂 bon et puis comme ça je vais enfin pouvoir m’assoir et boire une bière !
On passera l’après midi à se détendre (maintenant qu’on est propre et que nos habits sentent bons) et à ranger la nourriture de nos colis (avec le grand jeu d’échange qu’on fait à chaque fois). On dînera là bas aussi et c’était vraiment pas mal… un niveau au dessus du burger habituel ! Ensuite c’est direction un camp à quelques centaines de mètres de là. Il y a là bas des boites à ours (conteneurs en métal que les ours ne peuvent pas ouvrir) et c’est obligatoire de camper avec une de ces boites dans la parc national de Lassen (19 miles) sinon on doit posséder une Bear canister or nous avons renvoyer les notre avant. C’était prévu on avait pas envie de les porter pour juste les 19 miles d’obligation, dormir dans ce camp est aussi simple
Plus trail magic

[miles pct 1347.8]

[miles parcourus 851.4]

19/06

Sous les tropiques 



Ce matin faut l’avouer j’ai un peu du mal… j’entends tout le monde remuer et je suis encore au fond de ma tente… je me demande bien pourquoi ils sont aussi en avance.. bon sondage effectué il semblerait que ce soit moi qui suis à la traîne… pffff
Je finis quand même par me remuer et je pars finalement en même temps que les autres… l’avantage d’une tente et de ne pas avoir beaucoup d’affaire : ça se range rapidement ! Bon et puis je commence à être rodé à l’exercice 😉
Direct ça monte bien, si jamais j’étais pas réveillée c’est bon c’est fait ^^ juste un petit mile histoire de se décrasser ! Bon sauf que très vite on entre en forêt et c’est alternance neige (ça faisait longtemps !), trail et gros tronc d’arbres ou tas de branches. Y a aussi pas mal de traversées de ruisseau, marécages et même une belle rivière. À chaque fois il y a moyen de passer d’sur des troncs, des ponts, des rochers… bref de quoi rester les pieds au sec si on est assez habile. Par miracle je m’en sors avec les honneurs ! Bref tout ça va durer 7 miles et ça ressemble à une courses d’obstacles -genre l’épreuve de confort de Koh Lanta mais sans le confort-. C’est pas forcément désagréable disons que ça change et on s’ennui pas ! Non par contre on avance pas vite ^^
À un moment on doit traverser jne grande étendue d’eau et normalement pour ça il y a un pont… le pont -genre très long ponton- est bien là mais la zone est totalement inondée du coup pour y accéder il faut passer par tout un entrevechtrement de tronc d’arbres qui flottent ou sont posés entre deux. C’est un peu technique mais bien rigolo ! Bon et Urs finira par tomber à l’eau (en glissant sur une écorce qui s’est détachée) c’est donc lui le premier à tomber à l’eau dans le groupe (rien de grave il s’en sort juste avec les pieds mouillés). On aurait pu penser que ce serait moi vu ma propension à la chute mais non ! Encore une fois j’ai déjoué tous les pronostics ! 😀
Vers midi on s’arrête déjeuner au bord d’un superbe lac dans le parc national de Lassen (Twin lake) y a pire comme spot pour déjeuner !


L’après-midi sera un peu moins fun, plus de neige mais une forêt totalement dévastée par les incendies. Il n’y a quasiment plus un arbre debout et comme le soleil tape très fort et bien il fait une chaleur intenable ! Ajouté à ça un taux d’humidité record et vous vous croyez dans les tropiques (l’océan mer en moins) et comme dans une pub pour gel douche Usuhaia vous espérez presque une bonne pluie… ça va durer quasiment 6 miles assez affreux car le trail est plat et globalement c’est pas folichon, je m’ennuie et il fait chaud…
Reste 2,6 miles à parcourir et j’entends comme un bruit sourd… je me retourne, lève les yeux au ciel et voit un gigantesque nuage noir se diriger vers moi… euh c’était une blague le coup de la pluie tropicale >< je rejoins Emily et le ciel est de plus en plus menaçant, ça tonne bien et le vent se lève. Ok…. pas bon en plus ça ressemble plus an une tempête qu’à une simple averse… ceci dit avantage non négligeable avec le vent il fait moins chaud !
Du coup on va littéralement courir pour éviter de se prendre le ciel sur la tête ! Mais peu à peu le trail va sur la gauche mais les nuages eux sont poussés vers la droite… yes on a couru plus vite que l’orage ! Oui je sais c’est pas possible mais ça me plait de le croire ! On rejoint les autres au camp et définitivement on va passer à côté de l’orage ! Pour une fois ^^
[miles pct 1367.1]

[miles parcourus 870.7]

20/06

Retour dans le désert ?
Ce matin il fait beau et chaud ça été le cas toute la nuit, nous sommes bel et bien passé à côté de l’orage ^^

J’avance bien ce matin je ferai même 3,6 miles en 1h… bon je tiendrai pas ce rythme toute la journée mais quand même je suis contente, pour moi c’est vraiment beaucoup.
Bonne nouvelle aussi le trail passe à côté d’une ville et d’un café : JJ’s cafe, on en profite donc pour s’arrêter prendre le petit déjeuner car une occasion comme celle là ça ne se manque pas ! Ça sera d’ailleurs mes meilleurs œufs brouillés du trail jusque-là 😉 bon par contre ils sont super longs à servir donc on fini pas avant 11h00.
Ensuite on prend un trail qui nous mène aux « Subway cave » il s’agit en fait d’une longue et grande grotte formée à partir d’un tunnel de lave. C’est très sympa ! Il y fait 8 degrés et c’est bien agréable car dehors c’est carrément la canicule. On est à plus de 40 degrés, on se croirait de retour dans le désert !


Je traine un long moment dans la grotte histoire de me rafraîchir car de toute façon il ne me reste que 8 miles à parcourir et toute l’après-midi pour le faire. En effet le prochain camp avec de l’eau se trouve là bas… on pourrait faire du dry camping (camping sans point d’eau) on l’a déjà fait souvent mais il fait tellement chaud qu’on a bien envie de pas pousser plus loin pour profiter du point d’eau !
Vers 14h30 je me remets en route et c’est carrément la fournaise ! Je mets un temps infini à avancer, je suis assommée par la chaleur et l’humidité… dites c’était pas hier que j’avais les pieds dans la neige ??? 😉 En plus ça monte pas forcément beaucoup…
Je dois traverser un micro mini ruisseau et quand je mets le pied sur une pierre histoire de pas me mouiller les pieds y a comme un essaim d’abeilles qui en sort… ok repli stratégique donc… je vais traverser un peu plus loin… décidément faut toujours que ce soit compliqué les traversées de rivières 😀
J’arrive enfin à la jonction pour le point d’eau et ce que je pense être le camp. Et direct ça descend costaud, j’ai à peine fait 10 mètres que je me dits que ça va être l’enfer demain à remonter !! Je marche encore un peu et je croise Spider qui me dits de laisser mon sac ici et de ne prendre que mes bouteilles et mon filtre : il n’y a pas de possibilité de camp en bas juste une rivière ! Et apparemment ça descend beaucoup (encore plus) et longtemps ! Chouette chouette… bon bah je m’exécute et effectivement ça sera bien l’enfer déjà pour descendre parce que même par fois c’est un peu glissant et la remontée bah c’est évidemment encore pire, surtout que je porte l’équivalent de 5kg d’eau dans mes bras et que c’est pas hyper facile de se stabiliser et puis c’est fort lourd ma fois.
Bon l’épreuve de l’eau terminée je rejoins le autres qui ont discuté et se feraient bien 5 miles de plus… ah… mais il est 18h50… Bon en vrai y a effectivement une logique (même si là j’avoue j’ai qu’une envie c’est monter ma tente et me jeter dedans) : vu où est l’eau (loin et difficile d’accès) c’est pareil que de camper sans eau à proximité et on a tous assez pour camper et demain matin jusqu’au prochain point d’eau et en plus il fait beaucoup plus frais donc on va pouvoir avancer plus vite… Ok c’est vrai et on est plus dans la Sierra avec la neige qui nous ralentissait et nous empêchait de faire de plus grosse journée, il faut qu’on reprenne le rythme qu’on avait dans le désert. Me voilà donc partie pour 5 miles de plus…
C’est assez « PCT flat » du coup ça avance assez vite même je suis un peu crevée de ma journée et de la chaleur. Grosse compensation cependant : la vue. Exceptionnelle ! Pendant une heure je vais assister à un magnifique couché de soleil sur la forêt et la chaîne de montagne avec les deux stars du jour le Mont Lassen et le Mont Shasta. Je m’arrêterai plusieurs fois pour en profiter et prendre des photos parce que c’est bien beau les miles en plus mais faut surtout penser à profiter des belles choses 🙂


On établit le camp vers 21h au pied d’un pylône de communication (ma foi pourquoi pas !). On aura la visite assez insistante d’une biche… en espérant qu’elle ne soit pas tentée de grignoter les affaires restées à l’extérieur de la tente… pour la peine je dors avec quasi tout dans la tente… ah la nature ^^
Je n’ai pas mis la sur tente mais avec la moustiquaire quand même car c’est encore l’invasion, du coup je m’endors sous les étoile. 🙂
[miles pct 1388.2]

[miles parcourus 891.8]

21/06
Je me réveille doucement et la vue est juste splendide… un des plus beau camp jusque là 🙂

Aujourd’hui il me faut parcourir une vingtaine de miles pour rejoindre la ville de Burney pour le ravitaillement.

Rien de trop compliqué au niveau dénivelé car c’est soit du plat soit de la descente. Au bout de 3 miles c’est arrêt à une cache d’eau mise à disposition par un local et c’est vraiment chouette car sinon ça aurait obligé une longue section sans eau. Surtout que la température monte très vite ! Ici aussi il y a une vague de chaleur on monte très vite à 40 degrés avec des pointes à 45 au plus chaud. Mais ce n’est pas quelques chose de normal ici ça devrait redescendre dans les jours à venir et c’est tant mieux ^^

Il n’y a quasiment aucune ombre de la journée et je n’ai qu’une envie : rejoindre les nombreux points un peu plus loin. Et je ne suis pas surprise de voir tout le groupe prendre un bain et nager dans la première rivière ! D’ailleurs je n’hésite pas une seconde non plus, je me jette à l’eau.


Que ça fait du bien !!! Bon et en plus il ne reste plus que 3 miles avant de rejoindre le ranch de Burney où je ferai un petit arrêt car la propriétaire y offre de la glace maison aux hikers de passage 🙂

On croise de plus en plus de monde sur le sentier beaucoup qui marchent vers le sud.

Reprise du trail demain en fin d’après-midi pour éviter les grosses chaleurs 🙂

[miles pct 1408.8]

[miles parcourus 912.4]

partager cet article :Email to someone
email
Share on Facebook
Facebook
Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter

  1. Chris

    Comme tu dis : « c’est bien beau les miles en plus mais faut surtout penser à profiter des belles choses », et c’est quand même ce qui compte dans le voyage, pas seulement la marche mais aussi bien prendre le temps de voyager et d’en prendre plein les yeux ! PROFITE !

Laissez un commentaire