Californie du Nord

Classé dans : Blog || PCT, homepage | 4

21/06

Je me réveille doucement et la vue est juste splendide… un des plus beaux camps jusque là 🙂

Aujourd’hui il me faut parcourir une vingtaine de miles pour rejoindre la ville de Burney pour le ravitaillement.

Rien de trop compliqué au niveau dénivelé car c’est soit du plat soit de la descente. Au bout de 3 miles c’est arrêt à une cache d’eau mise à disposition par un local et c’est vraiment chouette car sinon ça aurait obligé une longue section sans eau. Surtout que la température monte très vite ! Ici aussi il y a une vague de chaleur on monte très vite à 40 degrés avec des pointes à 45 au plus chaud. Mais ce n’est pas quelques chose de normal ici ça devrait redescendre dans les jours à venir et c’est tant mieux ^^

Il n’y a quasiment aucune ombre de la journée et je n’ai qu’une envie : rejoindre les nombreux points d’eau un peu plus loin. Et je ne suis pas surprise de voir tout le groupe prendre un bain et nager dans la première rivière ! D’ailleurs je n’hésite pas une seconde non plus, je me jette à l’eau.


Que ça fait du bien !!! Bon et en plus il ne reste plus que 3 miles avant de rejoindre le ranch de Burney où je ferai un petit arrêt car la propriétaire y offre de la glace maison aux hikers de passage 🙂

On croise de plus en plus de monde sur le sentier beaucoup qui marchent vers le sud.

Reprise du trail demain en fin d’après-midi pour éviter les grosses chaleurs 🙂

[miles pct 1408.8]

22-23/06

Chute d’eau 🙂

Après 8 miles c’est l’arrivée au camp de Burney Falls qui est construit autour d’une chute d’eau. C’est vraiment super cool ! Je vais y rester un bon moment car il y fait bien frais et c’est très très impressionnant et joli ! J’irai bien me baigner mais elle est vraiment très froide 🙂


Le lendemain ça se réveille encore doucement on est définitivement pas bon le matin :p et c’est parti pour une vingtaine de miles.

Niveau paysage c’est pas hyper intéressant car ça se passe dans la forêt… mais ça l’avantage de tenir au frais ! Oui et c’est tant mieux car le peu de moment qu’on passe en dehors de l’ombre des arbres c’est carrément la fournaise. Pas sure que j’aurais aimé la même section sans ombre… surtout que ça a quasiment monté toute la journée, certes progressivement mais pendant plus de 15 miles… à force ça fatigue un peu.

Parfois les arbres se dispersent et j’aperçois le Mont Shasta qui se rapproche de plus en plus 🙂 mais très vite c’est retour dans la forêt et je me rends bien compte que ce trail est peu fréquenté. En effet c’est souvent recouvert de végétation et il faut forcer un peu entre les arbres et autres pour se frayer un chemin. On est probablement en avance sur ceux qui ont skippé en Californie du Nord comme nous car il y a très peu de traces et on ne croise quasi personne de la journée.

Par contre point hyper positif aujourd’hui : l’eau. C’était carrément l’abondance avec une source tous les 4 miles donc pas besoin de porter beaucoup et ça permet d’avoir une excuse pour faire plein de pauses ^^ bon et au final tous les autres feront tellement de break que je serai la première à arriver au camp… historique !! 😉

[pct miles 1437.9]

24/06

Journée sans et frayeur

Ce matin ça commence à remuer vers 5h, en effet la moitié du groupe s’est lancé le défi de faire 30 miles pour voir « comment ça fait »… moi ça me disait rien parce que je sais bien ce que « ça fait »… ça fait mal ! 😉 bref non moi je vais faire mes 20 miles ou plus et ça ira bien en plus j’ai moyen la forme depuis hier… juste pas d’énergie et fatiguée.

Bref Anne lise, Josh, Spider et moi on décolle tranquillement et ça reprend comme hier : un trail envahi de végétation, d’arbres morts, et ça monte… le bonheur 😉 En plus aujourd’hui il n’y a pas que moi qui ai du mal, les autres sont à plat aussi surtout Spider qui est plein d’ampoules infectées le pauvre (moi je viens juste de me débarrasser d’une grosse sous le pied donc ça va). Il a vraiment du mal à avancer alors que d’habitude il est extrêmement rapide, là il peine à me dépasser c’est pour dire ! Bref on avance pas on fait plein de pauses… y a des jours comme ça où c’est plus difficile…

On arrive dans une forêt, il fait déjà pas mal chaud et surprise… revoilà la neige !! Et on perd le trail… ça faisait longtemps, bon au début ça va à peu près on le voit apparaître assez souvent. À un moment je suis un peu plus derrière que les autres je ne fais pas attention et je vais tout droit alors que le trail tourne, je suis en fait un petit chemin qui va dans une petite forêt qui pourrait être un camp. Je mets un peu de temps à comprendre mon erreur et j’essaye de rejoindre le trail mais y a comme un fossé… je dois rebrousser chemin… screugneugneu y a rien de pire que de revenir sur ses pas ! Ça me fais bien perdre 10mn mais je reprends la route… toujours pas mal de neige, je suis la trace des autres et ça se complique un peu avec vraiment beaucoup de neige et des énormes troncs qui barrent la route… J’entends crier mon nom, c’est Spider qui m’appelle à une centaine de mètres de là mais touuuuut en haut de la falaise enneigée. Et il me dit qu’à un moment il faut que j’arrive à peu près là où il se trouve… oooook. Du coup je chausse les micro spikes que j’avais gardé au cas où et je reprends l’activité favorite quand j’étais dans la Sierra : monter face pente dans la neige :). Ça se fait bien et vite et je rejoins le trail. Les autres qui sont passés par un autre côté se retrouvent coincés en haut et doivent redescendre en traversant un champ entier de buissons supers hauts et denses avec les branches bien coupantes… ils se régalent. À un moment j’entends crier et voit Josh littéralement disparaître dans un trou, il est passé au travers du buisson. De là où je suis je vois juste un nuage de poussière. Je lui demande s’il est vivant et il répond que oui (ce qui est plutôt rassurant) et réapparaît. Ils finissent par me rejoindre et on se rend compte qu’en fait le trail se trouve 20m plus bas… nous voilà donc tous encore à traverser les buissons et à mon tour de finir les jambes griffées et en sang. On sort de là épuisés et on se jette sur le premier coin à l’ombre pour déjeuner.

 

Ensuite c’est 4 miles encore jusqu’au prochain point d’eau… il est temps d’y arriver car je commence à manquer et il fait vraiment super chaud ! Là-bas on retrouve le reste du groupe qui finit sa sieste et s’apprête à repartir à la fraiche pour finir leur défi des 30 miles. Ils sont bien motivés ça va. Moi en revanche je suis à ramasser à la petite cuillère j’ai besoin d’eau, d’ombre et d’une pause (dans cet ordre ^^). Ils restent un peu avec nous et repartent, il est environ 17h. Nous on reste et on se prépare à dîner et une biche vient nous saluer… elle restera à brouter à 2 m de nous pas effrayée pour un sou. C’était super cool !!!

Vers 18h30 on reprend la route à la recherche d’un campement.

On est sur une crête, Josh marche devant à un 100aine de mètres suivi par moi et Anne Lise juste derrière. Je regarde plutôt mes pieds un peu perdue dans mes pensées et là j’entends Josh littéralement hurler : « BEAR!!!! ON. THE. TRAIL!!!!!!! Donc là je vous explique ce qu’il se passe dans mon cerveau : j’entends « ours » et je me dis en tout premier cool je vais voir un ours (c’est quand même pas tous les jours) et ensuite j’entends la suite « sur le trail » et je lève la tête je vois cet énorme bête (en vrai il était de taille moyenne mais sur le moment je l’ai trouvé énorme… bon ça reste gros quand même hein) juste courir vers moi à une dizaines de mètres !!!! Pour ceux qui visualiseraient pas bien sur une crête d’un côté y a en général comme ici un mur de pierre d’un côté (sorte de falaise) et un ravin de l’autre. Donc la bestiole me fonce dessus visiblement paniquée. En fait l’ours est arrivé sur le trail depuis le haut derrière Josh qui a entendu le bruit s’est retourné et l’ours a pris peur et s’est mis à courir dans l’autre sens… vers moi et Anne Lise. Bref donc le truc me fonce dessus et on est genre dans un couloir d’un mètre de large.

C’est le moment où je fais une pause dans le récit pour vous expliquer le protocole en cas de rencontre avec un ours (non Grizzly et non accompagné de ses petits*) : ne surtout pas courir, se grandir et crier pour l’effrayer. Bon moi j’ai sauté dans le ravin… j’ai un peu paniqué… bon avant en une seconde j’ai vu qu’il y avait les mêmes buissons que tout à l’heure que je savais bien touffus et solides donc j’ai pas sauté dans le vide non plus. Et je me suis recroquevillée sur moi même pour disparaître de la surface de cette planète… Bon sauf que derrière y a Anne lise que j’ai complètement abandonnée (pour l’acte héroïque vous repasserez) qui est un peu paralysée et qui se dit bien que sauter dans le ravin c’est pas une bonne idée (j’avoue c’était pas une super idée ça aurait pu être moyen le résultat). Et l’ours la voit et prend peur encore et bifurque et remonte face pente côté falaise à un endroit où c’est moins mur et plus une grosse pente. Mais que ça coure vite ces bestioles !!!! Je finis par sortir de mon trou après m’être assurée que le monstre est parti. Et avec Anne lise on criera dans la direction où il est parti (tout et n’importe quoi mais surtout des insultes en français) pour le maintenir à distance le temps de traverser la crête. Je peux vous assurer que voir un ours foncer vers vous à pleine allure ça fout la trouille !!!!

On rejoint Josh quelques mètres plus loin… on debrief tout en marchant et on croise Flatfoot qu’on avait pas vu depuis un mois au moins ! Flatfoot il a commencé le même jour que moi et c’est un peu une figure du trail cette année car il discute beaucoup avec tout le monde, connait les prénoms ou les trails name de tous, prends beaucoup de photos. Bon nous notre théorie c’est que c’est un agent infiltré mais on sait pas trop pour quelle branche du gouvernement 😉 mais bon je suis encore un peu secouée de ma dernière rencontre avec l’ours alors je sais pas trop ce qu’il a à raconté le pauvre… à part qu’il a skippé la Sierra pour aller à Ashland (frontière Californie Oregon) et continue SOBO (vers le sud) maintenant.

On reprend pour quelques miles et on établit le camp vers un cours d’eau et on arrivera à caser nos quatre tentes dans un tout petit espace. On est bien fiers de nous ^^

 

Et sinon, petit message personnel au trail : maintenant que j’ai vu un ours j’ai plus besoin d’en voir d’autres ça va bien merci ^^ Pour ceux que ça intéresse il était marron et non il n’y a ni photo ni vidéo on était un peu occupés ^^

*Si l’ ours est en fait un grizzly ou accompagné de ses petits alors la procédure est la suivante : sortir son téléphone et dire a vos proches que vous les aimez une dernière fois ^^

[private] PS : il était super bien fait l’ours ^^

[miles 1459.1]

27/06

Petite ellipse dans le récit car je n’ai pas pris le temps de rédiger. Il ne s’est pas passé grand chose à part qu’on a rejoint la ville de Mount Shasta. On y a été emmené par des pêcheurs depuis un campement, on était à l’arrière du pickup et la vue sur les lacs environnants était juste exceptionnelle.


On ira ensuite dans la ville de Weed (oui c’est un vrai nom de ville et non on ne fait pas de commentaire ^^) car c’est beaucoup moins chers qu’à Shasta et la vue est tout aussi belle. Bon et en plus à Shasta la consommation d’eau du robinet était interdite pour cause de trace d’E-coli détectée (c’est bien ma chance ça)… déjà qu’on doit filtrer notre eau sur le trail on va pas non plus avoir à le faire en ville ! 🙂

Sinon le groupe a perdu un de ses membres… Josh a dû quitter l’aventure pour des raisons personnelles. On est tous très tristes (lui le premier), il va beaucoup nous manquer… on s’est vraiment attachés les uns aux autre en 2 mois… mais comptez sur nous on a fêté son départ dignement !

Anne Lise doit également temporairement nous abandonner pour des raisons familiales et Spider aussi. Mais on devrait les revoir d’ici une dizaine de jours alors ça va ! 😀 Nous voilà donc quatre : Emily, Eike, Urs et moi-même !

On est ce soir au camp Castle Crag qui mène au pct via un trail secondaire histoire de reprendre du bon pied demain matin 🙂

28/06

Du coup ça monte

Ce matin on a un trail de 1.5-2 miles à monter pour rejoindre le pct, alors on monte 🙂

Ensuite on le sait ça va monter toute la journée avec en particulier une grosse montée de 5 miles. Alors on monte pour atteindre la montée (mais ça monte pas trop alors ça va…).

Il fait très très chaud alors dès qu’on sort de l’ombre des sapins de la forêt on a l’impression de passer au four mode grill. C’est sympa je me régale ! Ça monte toujours et j’ai hâte d’atteindre la grosse montée histoire d’en finir, car après c’est supposé monter moins ^^

Bon au final, je la passe cette montée et c’était pas si terrible en fait ! En vrai je me débrouille vraiment mieux dans les montées maintenant, disons que j’ai plus l’impression de mourir à chaque switchback ^^ et en plus c’était finalement moins impressionnant que sur le graphique.

On déjeune vers 13h30 car on a attendu d’être proche d’un point d’eau histoire de prendre une vraie bonne pause.


Ensuite on décide de ne faire que 6 miles de plus car Eike qui était malade depuis 2 jours a vraiment du mal aujourd’hui et on est un peu tous séchés par toutes ces montées et la chaleur.

On se trouve un camp sympa à l’abri en bordure de forêt ce qui est chouette sauf qu’il y avait un arbre ou deux qui ont pas l’air en forme ce qui est moins chouette et depuis la dernière fois on se méfie un peu… Bon au moins y a pas de vent alors pas de raison qu’ils tombent non ? Non ! 😉

[pct miles 1518.6]

29/06

On se réveille et on constate que aucun arbre ne nous ait tombé sur la tête, du coup c’est plutôt une journée qui commence bien. ^^

Je salue « la montagne » un randonneur qui a campé avec nous. Son trail name c’est parce qu’il chausse du 16 (je chausse du 9), fait deux mètres et à l’envergure d’un rugbyman… euh footballeur américain pardon 😉 il est sympa et assez drôle et sa particularité c’est qu’il chante sur le trail pour effrayer les animaux sauvages 😉

On croise beaucoup de SOBO, je ne suis pas sûre d’avoir vu autant de monde sur la trail que depuis les premiers jours. Bon par contre ensuite on verra plus personne à part quelques randonneurs à la journée.

Il ne fait pas trop chaud et c’est relativement plat bref le bonheur ! Je fais des miles bien facilement, j’ai le temps d’admirer le paysage et ces nombreux lacs, c’est bien joli et plaisant tout ça ! 🙂


Arrivée au point le plus haut de la journée c’est le retour de la neige, mais c’est juste une toute petite section. En fait il faut descendre face pente quelques mètres puis traverser en transversale pendant une vingtaine d’autres. Rien de très compliqué mais il est midi et la neige est très glissante et si je glisse je fini dans des rochers un peu plus bas. Du coup j’hésite pas je mets les micros spikes et évolue doucement en m’aidant des bâtons. En moins de 5 minutes c’est réglé et je ne reverrai plus de neige de la journée… c’était juste histoire de pas perdre la main quoi !

Je rejoins les autres vers 12h et on décide de pousser encore un peu plus loin pour prendre notre pause déjeuner au bord d’un lac à 3 miles de là.

 

Et on a bien fait car déjà ça nous avance pas mal car il ne nous restera que 9 miles pour arriver au camp repéré ce matin et en plus c’est magnifique ! Il y a un peu de randonneurs locaux mais c’est tellement grand qu’on ne se croise même pas. Après manger on ira se baigner (enfin je me suis trempée jusqu’à la poitrine car elle était quand même super froide) histoire de se rincer un peu et de se rafraîchir.

Les autres restent faire la sieste moi je repars, j’aime bien le trail aujourd’hui alors j’ai envie d’y retourner pour pas avoir à me dépêcher et pas arriver trop tard au camp.

Et comme prévu je passe un agréable moment, ça faisait longtemps que j’avais pas pris du plaisir sur le trail (oui parce que des fois marcher tout ça on se lasse) ça fait du bien. C’est toujours plat, j’alterne forêt à l’ombre et clairières avec une légère bise. Le paysage change souvent du coup on s’ennuie pas !

À un moment je traverse un gigantesque éboulement de roches rouges dans lequel a été taillé le sentier. Pour le coup je regarde bien où je marche parce que c’est facile de se prendre les pieds dans quelques chose sur ce genre de terrain ou de se tordre une cheville. Ça dure environ un demi miles et je retourne dans la forêt où je profite de l’ombre pour faire une pause. J’ai parcouru 6 miles, plus que 3 😉

Pendant la pause j’ai la visite d’un chipmunk pas farouche qui s’approche de moi. Je sens bien qu’il veut me grappiller de la nourriture… mais comme il ne faut pas nourrir les animaux sauvage (une des règles d’or ici) je ne lui donne rien. Au bout d’un moment il comprend que je suis une rapiat alors il s’en va…

Je reprends mon chemin et en l’espace de 10 minutes je vais avaler deux moucherons, en avoir un qui se crashera dans mon œil et un autre qui essaiera d’entrer dans mon oreille. Des fois la vie à l’extérieur, les animaux tout ça c’est un peu lourd ! Pour la communion avec la nature on repassera !

Je rejoins la source d’eau où sont censés se trouver des espaces pour poser nos tentes. Il y a bien deux petits espace plats mais très près du ruisseau et du trail, pas l’idéal quoi. Je m’enfonce un peu dans la forêt et j’arrive devant un champ parsemé de mini lacs/flaques et recouvert d’herbe… bingo ! On peut jamais camper sur de l’herbe, en général c’est plutôt de la terre alors là c’est le bonheur ! Je m’installe et les autres me rejoignent un peu plus tard eux aussi assez satisfaits du choix de l’emplacement ^^. Après une journée de 25 miles je me couche bien fatiguée je dois l’avouer…

 

[miles pct 1543.4]

30/06

Ce matin c’est encore une fois bien difficile ! J’ai très mal dormi, j’ai eu froid et mal aux jambes (ça me fais mal parfois quand je fais beaucoup de miles ou qu’il y a eu beaucoup de montées il me semble que ça s’appelle des impatiences). Du coup là vraiment j’ai pas envie et vu comment ça remue pas à côté m’est avis que c’est pareil pour les copains ! 😉 Finalement c’est Urs qui donne le coup d’envoi en commençant à remuer et on finira tous par suivre. En repliant ma tente je ne fais pas trop attention à ce que je fais (tête dans le pâté) et je me prend un retour de piquet de tente sur le nez… ça réveil… je la sens bien cette journée…

La matinée se passe tranquillement c’est relativement plat avec même quelques descente. Encore une fois on croise beaucoup de SOBO, une bonne dizaine… je me demande pourquoi je les vois que le matin… est-ce que je loupe un truc ? Ils ont pas le droit de randonner l’après-midi peut-être ^^

On s’arrête au bout de 12 miles pour déjeuner près d’un petit ruisseau à l’ombre des arbres. Aujourd’hui on avait prévu de faire 20 miles sauf que Eike repère un camps 3 miles plus loin qui nous placerait à 25 miles demain d’un (à priori) super camp au bord d’un lac. Bon bah va pour 3 miles de plus ^^ j’avais presque espéré un journée tranquille 😉 avant de partir on remarque qu’on était à côté d’un gros serpent… qui s’avère être un serpent à sonnette. Il se replie pour former une boule et quasi disparaître sur un rocher… on le laisse tranquille et on se décale un peu plus loin.

Les autres restent faire la sieste mais moi comme d’habitude je m’ennuie… du coup même s’il fait un peu chaud je me remets en route. En plus il me reste du coup 11 miles à faire et plus 8 avec aussi pas mal de montées alors autant m’y atteler. Je préfère prendre mon temps et faire des pause et arriver pas trop tard au camp.

Après 2 miles j’attaque la première montée et effectivement avec le soleil c’est bien sympa ! Bon en même temps je l’ai bien cherché hein 😉 et au final je passe souvent dans la forêt et l’ombre ça fait redescendre la température. Au bout de 5 miles je fais une pause pour aller récupérer de l’eau dans une source un peu en dehors du sentier. J’y rencontre 3 SOBO ! Ils ont donc bien le droit de randonner l’après-midi 😉 ils me disent avoir croisé presque 10 NOBO (comme moi donc vont vers le nord) ce matin… on est donc pas loin d’un groupe ! C’est chouette de savoir qu’on est pas seuls !

Toute la journée j’essaierais d’avoir du signal sur mon téléphone pour envoyer un message à mon papa dont c’est l’anniversaire.. mais sans succès… des fois c’est un peu frustrant ce manque de couverture…

Eike me rejoint et on reprend la montée pour un miles puis ça sera 1 mile de descente. Et vous savez quoi c’est cette dernière qui m’a tué ! Ça descend vraiment à pic et il y a plein de pierres, j’ai super mal aux pieds, je commence à fatiguer !

Arrivée en bas pas le temps de se réjouir il reste 3 miles de montée ! Eike me dit qu’on pourrait rester là et je réfléchis parce que c’est bien tentant comme offre ! Il y a de l’eau et de quoi planter les tentes… mais bon il est que 17h30 alors on décide finalement de continuer histoire de s’avancer pour demain.

Et il ne va même pas se passer 2 minutes avant que je ne regrette ma décision ! C’est à dire que ça monte sévère ! J’en bave sérieusement, j’ai l’impression de faire du sur place ! C’est long en fin de journée… j’ai toujours bien mal aux pieds.

Passé 2,5 miles on a la bonne surprise de trouver de la neige… ok de mieux en mieux. Je commence vraiment à me demander si on va trouver un coin pour poser nos tentes… normalement il y en a un pour 1 tente à 0,5 miles de là. Et en général on peut toujours caser plus, on est les grands spécialistes pour caser tout le monde dans un petit espace après tout 😉 on espère que ça sera encore le cas ce soir !

Au passage près d’un cours d’eau on récupère de quoi camper et attaquer la journée demain et on continue… toujours en alternant trail et neige. Et enfin la délivrance on arrive sur un petit plateau et on rejoint deux randonneurs qui sont déjà installés. On voit très vite qu’on va pouvoir caser tout le monde et il y a une super vue !

 

J’ai aussi la bonne surprise de découvrir que les deux campeurs sont français. On discute un peu ils m’expliquent qu’ils ont du être secourus il y a quelques jours. Ils se sont en fait trompés de chemin et Kimbi a glissé sur 30 mètres et s’est retrouvée coincée heureusement pas blessée, Verlaine a bien essayé de la rejoindre sans succès il a donc déclenché sa balise de détresse. Plusieurs heure plus tard ils ont été hélitreuillés en sécurité. Ils s’en sont bien sortis… juste quelques bleus et une belle frayeur. Quelques jours plus tard les revoilà sur le trail, c’est bien courageux de leur part je suis contente pour eux.

Emily et Urs finissent par nous rejoindre, tant mieux il est presque 21h je commençais à m’inquiéter 🙂

[miles pct 1566.3]

01/07

Je me réveille encore une fois bien fatiguée… pas du tout la forme. Je quitte le camp après Eike et Émilie. Urs traine aussi des pieds ce matin.

Ça descend pas mal et pourtant j’ai l’impression de ne pas avancer… vers 8h45 je regarde le gps et je vois que j’ai fait 7 miles ! Énorme je suis trop contente, je me mets à faire des plans pour la journée car si j’avance aussi bien je peux plier les 25 miles qui me séparent du camp au bord du lac et arriver assez tôt pour bien en profiter ! Bon sauf que ma joie est de courte durée je revérifie et en fait je m’étais basé sur le mauvais camp de départ… un 3 miles avant… du coup je n’ai fait que 4 miles et quelques ce qui est un score bien médiocre en presque 2h ! Je suis complètement déçue et j’ai toujours autant de mal à avancer. Je commence aussi à avoir des douleurs musculaires sous les pieds… mais que se passe-t-il aujourd’hui ? Je rejoins Emily et Eike à un point d’eau et autant cette dernière est bien en forme et motivée autant Emily est dans le même état que moi… à ramasser à la petite cuillère en plus elle a une grosse ampoules derrière le talon qui la fait pas mal souffrir. Il est 11h et je décide de me faire des pâtes histoire de voir si des sucres lents pourraient améliorer mon état, Emily fait pareil… Eike elle toujours à fond repart pour s’avancer car elle tient vraiment à camper au lac. En ce qui me concerne je revois mes ambitions à la baisse et décide de plutôt viser un camp à 12 miles de là. En plus l’après-midi s’annonce compliquée en terme de dénivelés. Urs nous rejoint un peu après et lui aussi est au ralenti… décidément !

Je repars, les deux autres restent encore pour se reposer. Ça descend pendant plus de 3 miles et ça pourrait être sympa si j’avais pas aussi mal aux pieds et une nouvelle ampoule en formation sous le talon droit… j’ai vraiment l’impression de faire du sur-place ! Je croise comme d’habitude pas mal de SOBO et je les trouve tous de bien bonne humeur… ou alors c’est moi qui suis de mauvaise 😉

Ensuite ça remonte… beaucoup ! Je suis entourée de vert, des arbres, de l’herbe des grandes plantes mais la seule chose qui me motive à avancer c’est de rejoindre le prochain point d’eau où je me suis promis une pause… c’est pour dire. Et quand j’y arrive enfin je rejoins deux autres randonneurs SOBO qui font aussi une pause et m’indique la direction du point d’eau légèrement en dehors du sentier. Je resterais plus d’une demi-heure à me reposer, boire de l’eau fraîche, lire un peu et manger des barres chocolatées. J’essaye aussi de masser mes pieds qui me font toujours mal et ça marche assez bien !

 

Je reprends un peu plus en forme et motivée pour finir les 5 miles qui me restent avant le camp. Ça monte toujours et en plein soleil parce qu’un bonheur n’arrive jamais seul 😉 je croise encore deux randonneurs qui commencent à me parler très vite et en même temps du coup j’essaye de rallumer tous mes neurones parce que ça a l’air important ! Alors en gros ils m’expliquent que je vais avoir bientôt un coin enneigé un peu compliqué et que je dois rester sur le bord et pas essayer de le contourner. Ok compris ! Je les remercie leur donne les infos neige pour le reste de leur parcours (quasi rien à signaler) et je repars. Pas moins de 5 minutes après j’arrive au fameux passage enneigé. C’est pour ça qu’ils étaient un peu concernés ils venaient de le passer ^^ en gros c’est un passage d’une trentaine de mètres en transversale sur de la neige bien glissante. Rien de neuf mais il faut faire attention car si il y a glissade en bas c’est des rochers. Je chausse mes micro spikes et j’y vais doucement, je prends le temps de bien m’assurer avec les bâtons et en 5 minutes c’est plié je suis de l’autre côté 😉 et je ne reverrai pas de neige de la journée…


Ensuite ça descend pendant 3 miles, c’est long… je ne rêve que d’arriver au camp planter ma tente et m’allonger ! Puis tout à coup ça remonte mais beaucoup… je suis un peu surprise et lève la tête et là je vois le trail monter trèèès loin et vraiment beaucoup !!!! Et m….. je vérifie sur mon appli téléphone et effectivement ça va monter comme rarement et pendant 2 miles. Mais non pas aujourd’hui ! Je mettrais presque une heure à escalader ces derniers miles, je souffre bien c’est chouette. Et enfin au détour d’un virage je sors des crêtes et rerentre dans une forêt bien plus accueillante. Après quelques mètres je tombe sur le ruisseau et juste après très bonne surprise un super camp ! Un coin bien plat pour caser tout le monde entouré par les arbres. Enfin !!!!! Je suis la première arrivée (visiblement Eike a bien tenu bon et a continué jusqu’au lac… bravo !) je monte ma tente, je me lave dans le ruisseau et je m’allonge en attendant les autres qui arriveront une heure plus tard. Eux aussi pestent de ce qu’on a eu à marcher aujourd’hui !

Au moment du repas on a la visite d’une biche très intéressée qui restera à quelques mètres en nous tournant autour. Cette nuit tout est rangé dans les tentes car je sens bien qu’elle va repasser pendant la nuit 😉

[miles pct 1588.3]

02/07

Etna

Aujourd’hui c’est « town day » !!! Et seulement 9 miles qui nous séparent de la jonction pour la ville d’Etna et en plus globalement ça descend… que demande le peuple ??? 😉

Mais avant ça il faut se réveiller… 6h heure habituelle de réveil, je lève la tête et Emily fait de même et on se voit au travers de nos moustiquaires… un regard suffit pour être d’accord : on se recouche ! Après tout on a le temps aujourd’hui et comme on était bien fatiguées hier c’est toujours ça de gagné en repos ! Une heure plus tard c’est deuxième réveil et c’est uniquement la promesse de la ville qui me fera sortir de mon duvet ! Il n’empêche que je me sens vraiment mieux qu’hier, j’avais vraiment besoin de sommeil ! Me voilà donc levée à 7h (un des réveils les plus tardifs jusque là) et un peu moins d’une heure plus tard retour aux affaires et sur le trail !

Une petite montée assez raide mais rien à voir avec hier surtout que aujourd’hui j’avance ! Et ça redescend sur un lac (Payne lake) où a campé Eike. Je jette un œil vers le camp mais ne voit pas sa tente, je continue. Je profite d’un gros tronc vers le camp pour traverser une rivière sans avoir à me mouiller les pieds. J’ai une ampoule en « cours de séchage » je préfère pas la traumatiser ^^


Ensuite c’est re montée et j’y croise des NOBO (du coup je les croise pas vraiment mais je leur passe devant alors qu’ils font une pause). Il ne fait encore pas trop chaud donc c’est deux miles pas trop galère. Urs et Emily me passent devant et je les suis. Arrivés au plus haut point de la journée on tombe sur une section enneigées, 0,5 miles où je chausse les micro spikes et où je vais assez lentement histoire de pas glisser dans le faussé un peu plus bas. Du coup avec Emily ça nous prend un temps infini pour avancer… et ensuite c’est changement de versant et donc d’exposition au soleil et pouf plus un gramme de neige… du vert partout. On déchausse et c’est parti pour 3 miles de descente pour conclure la marche. Là y a pas trop à réfléchir juste descendre et suivre le trail, j’éteins le cerveau, je fais juste attention à pas me prendre les pieds dans un rocher ou autre.

Arrivée à la route je rejoins Urs et Emily et on fait du stop et la première voiture qui passe nous emmène et c’est tant mieux car il faut dire que ce n’est pas le coin le plus fréquenté des États Unis apparemment 🙂

Arrivés a Etna on découvre une petite ville ou plutôt une communauté qui bien que très sympathique et jolie peine à survivre. On m’explique que en effet les commerces ferment pas mal depuis ces dernières années et la ville a donc recentré son activité sur la randonnée, les sports nautiques et a toujours une petite activité autour de l’orpaillage (mines ou rivières). Les randonneurs du PCT sont ici traités comme des rois et nous sommes invités à consommer pour aider la ville en échange de tous les services qui nous sont fournis tels que : camping et douche dans le parc à prix très modestes, accès gratuit à la piscine municipale…

Le soir venue une gentille dame viendra au parc embarquer tous les pctistes pour nous ramener chez elle pour une soirée barbecue d’anthologie ! Soirée dont nous partiront tous assez joyeux 😉

03/07

7 miles !

Milieu-fin d’après midi (nous avons attendu que la chaleur caniculaire se dissipe un peu) me voila avec Eike et Emily (Urs reste un jour de plus à Etna) en train de faire du stop.
Notre chauffeur est bien sympathique mais je peine à profiter de sa compagnie car je suis allongée dans le coffre sur ses outils (on manquait de place pour embarquer tout le monde sinon) et la route de montagne ajoutée à des vapeurs d’essence venues d’un jerricane… comment dire passées 20-30 minutes je suis un peu nauséeuse ^^
Il nous dépose là où on s’était arrêté la veille et on reprend notre petite routine sur le trail.
Je marche tranquillement mais pas trop quand même… il est déjà 18h passé et je ne tient pas à randonner de nuit. Déjà que je suis dans la forêt et il fait déjà bien sombre…
J’entends du bruit en bas du trail (des branches cassées) mais au même moment j’avale un moustique (j’aime la nature) et ça me distrait assez pour oublier l’animal sauvage à quelques mètres de moi… ^^
Arrivée au camp où je rejoins Eike et Emily arrivées quelque minutes avant il y a 4 day hikers (c’est le week-end ils ont bien raison d’en profiter) alors pour ne pas les déranger on décide d’aller à un camp juste après un peu exposé mais avec une superbe vue !


[miles pct 1604.8]

04/07

Lost on a 4th of july

Réveil en douceur sur notre plateau avec un joli lever de soleil et ensuite ça va tranquillement les 6 premiers miles. En plus aujourd’hui on a prévu de faire seulement 22 miles pour profiter du 4 juillet (fête nationale américaine) au bord du lac ! En plus j’ai besoin de plus de repos et donc d’arriver plus tôt 🙂

On marche et on croise de la neige, le trail disparaît… mais réapparaît juste après.. ouf ! J’ai bien cru qu’on allait encore faire une course d’orientation. Au bout de 1 ou 2 miles Emily jette un œil à son gps (on l’a pas fait avant puisqu’on est sur le trail) et se rend compte qu’on est pas du tout sur le PCT !! On s’est trompé de trail !! Aucune idée comment. On décide de poursuivre car d’après la carte c’est sensé rejoindre le pct dans un mile.

Comme pour nous faire payer notre erreur ça se met à monter face pente avec quelques plaques de neige à traverser.

On finit par terminer l’ascension et on tombe face à un mur… bon pas littéralement il s’agit en fait d’une grande pente de 300m environ recouverte de neige qu’il faudrait parcourir en transversale. En dessous c’est une gigantesque pente de sapins et au bout un fossé. La neige est glissante comme jamais.

A la seconde où je vois ça je réalise qu’on est exactement où Verlaine (le randonneur rencontré l’avant veille) m’avait dit de ne pas aller… c’est justement là que kimbi a glissé, a été stoppé par un sapin et a dû être héliportée. Pour moi c’est effectivement trop dangereux de traverser là.

Problème : si on réussit ce passage on rejoint le pct dans 300m et ça n’aura pas d’incidence mais si on décide de faire demi tour on doit refaire 2 miles dans l’autre sens (alors qu’on vient de monter) pour probablement se reprendre une autre montée. Il y aura donc débat car Eike dit que c’est faisable, moi pas sans que ce soit trop dangereux. Au final j’insiste car c’est quand même moi qui ai le plus d’expérience avec la neige et pour tout vous dire je ne suis pas sure que je le descendrais à ski tellement ça a l’air instable. Au final on décide de rebrousser chemin et ce n’est pas facile… on redescend donc le grosse montée qu’on vient de se taper et ça glisse dans les rochers et ça ronchonne un peu dans les rangs… qu’importe je reste contente de la décision.

En repartant vers le trail on rencontre un autre hiker qui lui aussi est en train de faire la même erreur que nous. On lui explique et comme nous il pensait être sur le pct… Il s’appelle M&M, il randonne seul mais sa femme le suit en voiture et le rejoint à chaque fois que le pct croise une route. Il nous remercie et part avec nous rejoindre le droit chemin ^^

Arrivés là où on est censés retrouver le pct on comprend mieux pourquoi on s’est trompés, pile à l’endroit où les deux trail se séparent il y a une grande zone enneigée, on ne voit pas de sentier ici et le pct prend un grand virage à gauche là où l’autre trail continuait tout droit.

On essaye de trouver le pct mais recouvert de neige on réalise très vite qu’il va falloir monter face pente ça ira plus vite… comme je culpabilise quand même un peu d’avoir fait faire demi tour à tout le monde je passe devant pour faire la trace 😉 et j’en bave un peu car ça monte sévère ^^

Arrivés en haut le seul moyen de passer sur l’autre versant, complètement sans neige car différemment exposé, c’est de redescendre une falaise bien abrupte avec plein de rochers qui glissent… ok je suis pas sure que ce soit plus safe que le versant de tout à l’heure 😀

Finalement on s’aide de la paroi rocheuse et en moins de 5 minutes on est en bas et on retrouve enfin le pct ! Au final on aura perdu deux heures à galérer…

En revanche on se rend compte que à force de chercher le trail, patauger dans la neige et escalader des rochers on a pas ravitaillé en eau, alors qu’il y en avait partout… il fait super chaud et pas d’eau avant 4 miles… c’était pas malin ^^ bon au final on tombera sur une source non répertoriées au bout de deux miles… le trail a été avec nous sur ce coup.

On reprend la randonnée après une petite pause déjeuner et ça monte bien pour aider la digestion. Alors qu’il nous reste 2 miles avant le camp on doit retraverser par de la neige… de la pente… de la neige qui glisse… navigation au gps on mettra 1h pour faire un mile !

Entre l’erreur de chemin et la neige il est tard et je suis épuisée, j’en ai un peu marre…

On arrivera finalement au camp, un super spot au bord d’un lac. Il y a quelques pctistes et aussi des randonneurs à la journée, week-end du 4 juillet oblige.

On dinera avec une bière que je charrie depuis 29 miles parce que après tout aujourd’hui c’est fête 😉 et nos voisins tireront quelques feux d’artifice sur le lac… bref une bonne soirée pour fêter dignement le 4 juillet 🙂

Happy 4th!

[miles 1626.5]

05/07

Cette nuit a été un peu mouvementée car j’ai plusieurs fois éloigné un animal qui en voulait à ma tente. Sur le coup il faisait noir (la nuit quoi) et j’étais pas réveillée (je dormais donc puisque c’est la nuit) et tout ce que je savais c’est que la bestiole fuyait dès que je bougeais. Au réveil je comprends mieux ce qui c’est passé puisque je retrouve un de mes bâtons (que je range sous ma tente sur le côté) à 10m de là et plein d’empreintes de biche. Tout s’explique madame voulait juste jouer enfin sans doute manger mon bâton mais ne l’a visiblement pas trouvé à son goût puisqu’il est intacte… encore un truc de plus que je vais devoir dorénavant ranger dans la tente ><

Je me mets en route et aujourd’hui ça devrait être assez simple puisque c’est parti pour 20,6 miles dont bien 18 en descente ! Objectif : se rapprocher d’un camp à 6 miles de la ville de Seiad Valley pour y arriver tôt le matin.

Je souffre un peu en descente (pas de chance) à cause d’une ampoule sur le devant d’un orteil, ça appuie à chaque appuie… je devrais m’arrêter pas mal de fois pour la soigner.

Je prends beaucoup de retard et impossible de recroiser Emily et Eike, pas grave je m’arrête vers 12h30 pour déjeuner. Je serai accompagnée d’une biche qui m’observera tout le long du repas à quelques mètres de là.

Au bout de 10 miles le trail est vraiment accidenté avec des tronc d’arbres en travers, des trous, des cailloux et surtout totalement recouvert de végétation tellement qu’il est parfois difficile de trouver son chemin. En plus je reste vigilante car il est signalé dans cette zone pas mal de « poison oak » plante très urticante. Il y a aussi beaucoup de fraisiers et framboisiers sauvage malheureusement avec des fruits pas encore mûrs.

 

Grande chance aujourd’hui il y a de l’eau partout, quasiment pas 2 miles ne se passent sans que le trail ne traverse un petit cours d’eau. Du coup pas besoin de porter plus d’un litre et possibilité de s’hydrater avec de l’eau fraîche toute la journée ! Et c’est tant mieux car dans l’après-midi la température et l’humidité vont monter en flèche… heureusement je suis assez souvent protégée du soleil grâce à la forêt. Mais j’avoue que je traine un peu entre la chaleur et mon pied j’avance pas aussi vite que prévu !

J’arrive au camp vers 16h45 et je trouve un mot des filles disant qu’elles sont arrivées très tôt au camp (logique elles n’ont pas traîné) elles ont donc décidé d’aller directement à Seiad Valley et m’y attendront ce soir ou demain suivant si je décide de camper là ou pas.

Le camp est bien, il y a des toilettes et la rivière toute proche pour se laver… je suis fatiguée c’est décidé je reste là pour la nuit et je ferai les 6 miles restant demain 😉

Pendant que je me lave dans la rivière je vois M&M (rencontré la veille) passer le pont qui surplombe la rivière avec sa femme. Il me fait de grand coucou que je lui rends. En fait sa femme le suit dès qu’elle le peut en voiture et passe du temps avec lui.

Pour une fois je profite d’arriver tôt pour me détendre et me coucher tôt 😉

[miles 1646.9]

06/07

En solo !! 🙂

Ce matin je me réveille tranquillement et je vois que tout le monde (le couples de 60naires avec qui j’ai passé la soirée et un autre hiker arrivé tard que je n’ai qu’aperçu) est parti. Il n’est que 5h40 quoi ! Je fais ma petite vie et je fini par décoller à 6h30 (pas mal hein !!! Je m’impressionne ^^) au programme ce matin : 6 miles sur un bord de route… oui car le pct passe directement dans la petite ville (communauté) de Seiad Valley. Donc c’est parti pour du road walk. Je ne verrais passer que deux voitures pendant mon petit périple qui me prendra quand même plus de 2 heures… bah oui route ou pas 6 miles ça reste 6 miles !

J’arrive « en ville » je mets des guillemets car en vrai Seiad Valley c’est un camping puis plus loin un grand bâtiment avec un café, une supérette et la poste puis quelques maisons disséminées. Premier arrêt  le café pour le petit déjeuner : ce café est d’ailleurs célèbre sur le trail pour proposer le pancake challenge, si tu arrives à manger le kilo et demi de pancake servi le tout est offert. Autant vous dire que pas beaucoup y sont arrivés 😉 mais les gérants sont bons joueurs et vous proposent d’embarquer tout ce que vous n’avez pas pu avaler 😉 bon moi je m’en tiens à mes habituels deux pancakes aux myrtilles avec œuf et bacon. Ensuite je fais mon ravitaillement au magasin petit mais très bien fourni et je récupère un colis à la Poste.

Emily et Eike m’ont laissé un message disant qu’elles étaient reparties vers 9h. Moi j’ai dû attendre l’ouverture de la Poste à midi il y a donc peu de chance que je les rattrape aujourd’hui ou avant la prochaine ville… je serai donc solo pour les prochains jours ! Croyez le ou non ça ne m’est jamais arrivé avant 😉

Midi la pire heure et la montée s’annonce fatale. J’y vais mais j’ai peur !


Ah bah ça monte et il fait chaud ! Très !!!

Plan « sierra et désert » lent et micro pause à chaque ombre.

J’avance pas si mal !

Pause au bout de 5 miles re le couple d’hier soir très gentils !!! AT il y a vingt ans!

Pause eau !

Je repars et double un couple et discute avec eux décidément je fais plein de pauses aujourd’hui.

Je repars et petit vent frais !!

Source et camp prévu magnifique et de l’eau. Il n’est que 17h30… je décide de marcher plus vers un camp à 5 miles de là. Ça passe assez vite, la grosse montée passée ton corps te dit merci.

J’arrive au camp et il y a un hiker : je reconnais sa tente il s’agissait en fait du hiker arrivé tard et parti tôt d’hier soir ^^ on discute et on passera une bonne soirée car il est bien rigolo. Mais blague à part il m’apprendra qu’il a vu 2 ours juste avant d’arriver à notre camp hier soir… moi qui l’avait trouvé tout calme ce camp ^^ Bonne nouvelle il a rien vu ce soir (ou il a eu la gentillesse de me mentir ^^).

Une biche vient de passer à quelques cm de ma tente… je sens que je vais encore devoir me battre cette nuit ^^

[miles 1668.2]

partager cet article :Email to someone
email
Share on Facebook
Facebook
Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter

4 Responses

  1. Carine Depernet

    Coucou, se battre avec une biche, ça a l’air plus sympa que contre un ours (aussi bien fait soit-il :)) tu nous as fait peur !!! Gros bisous, et merci de nous associer à tes aventures comme tu le fais !!

  2. Arielle

    Enfin un ours ! Bon, 1, c’est suffisant, éloigne les suivants !
    Bisous

  3. Chris

    Ça se bouffe l’ours ou pas ? La biche, c’est certain par contre ! 🙂
    Allez marche et rêve… régale toi !

    • lucie

      Aucune idée le seul truc que j’ai attrapé c’est un poisson minuscule jusqu’à présent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *